Ecouter et entendre – C’est la même chose ou pas ?

Entendre et écouter, ce sont deux verbes qu’on utilise régulièrement de façon interchangeable. Et pourtant… Ils ont chacun leur particularités. Si nous les regardons de plus près, voici ce que nous trouvons :

Comment définir entendre ?

Le mot “entendre” peut avoir plusieurs significations. Voici celles qu’on trouvera le lus communément :

  1. Percevoir un son avec les oreilles : Lorsque l’on entend quelque chose, cela signifie que l’on perçoit un son par le biais de notre appareil auditif. Exemple : J’entends le bruit de la pluie tomber.
  2. Comprendre ou saisir un sens : “Entendre” peut aussi signifier comprendre ou saisir le sens d’un message, d’une conversation ou d’un discours. Exemple : J’entends bien ce que tu me dis, mais je ne suis pas d’accord avec toi.
  3. Prévoir de faire quelque chose : “Entendre” peut également signifier prévoir de faire ou d’accomplir quelque chose. Exemple : J’entends bien finir ce projet avant la fin de la semaine.
  4. Avoir l’intention de : “Entendre” peut aussi signifier avoir l’intention de faire quelque chose ou s’attendre à ce que quelque chose se produise. Exemple : J’entends partir en vacances dès que j’en aurai terminé avec mes obligations professionnelles.

Comment définir écouter :

Ecouter a également plusieurs sens. En voici quelques-uns :

  1. Être attentif à un bruit, à un son, à de la musique, etc., les entendre volontairement. Exemple : Écoute-moi quand je te parle.
  2. Prêter attention à ce que quelqu’un dit pour l’entendre et le comprendre. Exemple : Lorsque tu écoutes quelqu’un qui te parle, tu fais preuve d’attention et de compréhension.
  3. Être l’auditeur d’un chanteur, d’un orateur, de la radio, etc., en les entendant volontairement. Exemple : J’écoute cette émission tous les soirs.
  4. Tendre l’oreille pour percevoir le bruit produit par quelqu’un, quelque chose. Exemple : Tu peux écouter la pluie qui tombe et le vent qui souffle.
  5. Accepter d’entendre ce que quelqu’un a à dire, lui donner audience. Exemple : Parfois, il est important d’écouter les autres et de tenir compte de leurs avis.
  6. Être suivi dans ses conseils, ses recommandations, à l’intérieur d’un groupe. Exemple : Cette personne est écoutée par ses collègues. Elle sait se faire entendre.

En somme, écouter implique d’être attentif, de percevoir des sons, de comprendre les paroles des autres et d’accorder de l’importance à ce qu’ils disent. C’est un acte essentiel dans la communication et la compréhension mutuelle.

Différence entre écouter et entendre

Nous l’avons compris, écouter et entendre sont deux verbes qui se rapportent à la perception auditive, mais ils ont des nuances distinctes :

  1. Entendre est un acte passif. Lorsqu’on entend, on perçoit les sons sans y prêter particulièrement attention. Ils font simplement partie de notre environnement. Par exemple, si quelqu’un entend un bruit, c’est parce que ce bruit est présent autour de lui. Dans l’usage courant, le verbe entendre est régulièrement utilisé avec des mots comme bruit, vacarme, nouvelle, ou rumeurs
  2. Écouter, en revanche, requiert une intention et une volonté de la part de la personne qui effectue l’action. Lorsque nous écoutons, nous portons notre attention sur les sons que nous désirons percevoir. C’est un acte actif. Par exemple, si des élèves écoutent attentivement un professeur, ils sont activement concentrés sur ce qu’il dit. Le verbe écouter est régulièrement utilisé avec des mots comme musique, radio, discours, ou quelqu’un qui parle.

Voici un exemple concret pour illustrer cette différence :

  • J’écoute les oiseaux. Les oiseaux chantent, et je porte mon attention sur ce chant. J’ai envie d’entendre les oiseaux et de prendre le temps de les écouter.
  • J’entends les oiseaux. Il y a des oiseaux en train de chanter à proximité, mais je ne me concentre pas spécifiquement sur leur chant. Ce son fait simplement partie de mon environnement.

En résumé, écouter implique une attention active, tandis qu’entendre est plus passif et lié à la simple perception des sons.

Pourquoi c’est important de savoir écouter ?

Vous l’avez compris, à certains moments, il est important de pouvoir être attentif à ce qui se passe autour de nous, et d’écouter plus que d’entendre. Une façon de pratiquer cette écoute, c’est l’écoute active.

Quelles sont les différences entre l’écoute active et l’écoute passive ?

L’écoute passive et l’écoute active sont deux approches différentes de la perception auditive. Voici comment elles se distinguent :

  1. Écoute passive :
    • L’écoute passive est moins active et moins intentionnelle.
    • Elle se produit lorsque nous sommes exposés à des sons sans y prêter une attention particulière.
    • Par exemple, lorsque nous entendons le bruit de la pluie tomber ou des bruits de fond dans notre environnement, c’est une forme d’écoute passive.
    • Dans ce cas, nous ne cherchons pas activement à comprendre ou à analyser les sons. Ils font simplement partie de notre environnement.
  2. Écoute active :
    • L’écoute active est intentionnelle et consciente.
    • Elle implique de porter une attention spécifique à ce que nous entendons.
    • Lorsque nous écoutons activement, nous cherchons à comprendre, à interpréter et à analyser les sons.
    • Par exemple, lorsque nous écoutons attentivement un conférencier, un ami qui parle ou de la musique, nous sommes engagés dans une écoute active.
    • Nous faisons un effort pour saisir le sens des paroles, les nuances de la mélodie ou les informations importantes.

En résumé, l’écoute passive est plus détendue et involontaire, tandis que l’écoute active nécessite une concentration et une intention consciente. Les deux approches ont leur place dans différentes situations, mais l’écoute active est souvent privilégiée lorsque nous souhaitons vraiment comprendre et assimiler ce que nous entendons.

Comment améliorer mon écoute ?

Vous l’aurez compris, dans certaines situations, profiter de bonnes compétences d’écoute est essentiel pour une communication efficace et une meilleure compréhension des autres. Si vous souhaitez améliorez vos compétences, voici quelques pistes que vous pouvez essayer:

  1. Soyez conscient de votre écoute :
    • Prenez conscience de votre niveau d’attention lorsque vous écoutez. Êtes-vous distrait ou pleinement concentré sur ce que dit l’autre personne ?
    • Évitez les distractions, comme les téléphones portables ou les pensées errantes, lorsque vous écoutez quelqu’un.
  2. Pratiquez l’écoute active :
    • L’écoute active consiste à être pleinement présent et engagé dans la conversation.
    • Posez des questions pour clarifier ce que vous avez entendu. Cela montre à l’autre personne que vous êtes attentif et que vous cherchez à comprendre.
  3. Évitez les préjugés :
    • Ne présumez pas ce que l’autre personne va dire. Écoutez sans jugement.
    • Soyez ouvert aux idées et aux perspectives différentes.
  4. Faites preuve d’empathie :
    • Essayez de comprendre les émotions et les sentiments derrière les mots – éventuellement en posant des questions pour clarifier ce qui a besoin de l’être.
    • L’empathie vous permet de vous connecter davantage avec les autres et de mieux les comprendre.
  5. Pratiquez l’écoute active dans différentes situations :
    • Écoutez des conférenciers, des podcasts, des amis, des collègues, etc.
    • Observez comment les autres écoutent et apprenez d’eux.
  6. Résumez ce que vous avez entendu :
    • Après une conversation, réfléchissez à ce que vous avez entendu et résumez-le mentalement.
    • Cela renforce votre compréhension et vous aide à retenir l’information.
  7. Apprenez à gérer les silences :
    • Ne vous sentez pas obligé de combler chaque silence. Parfois, les pauses permettent à l’autre personne de réfléchir et de s’exprimer plus clairement.

Pourquoi une bonne écoute est-elle importante dans mes relations ?

L’écoute active joue un rôle crucial dans les relations interpersonnelles pour plusieurs raisons :

  1. Elle permet une compréhension mutuelle :
    • Lorsque nous écoutons activement, nous cherchons à comprendre les pensées, les émotions et les besoins de l’autre personne.
    • Cela favorise une meilleure compréhension mutuelle et renforce les liens entre nous.
  2. Elle apporte une validation et de la reconnaissance :
    • Écouter activement montre à l’autre personne qu’elle est importante pour nous.
    • En l’écoutant attentivement, nous reconnaissons ses sentiments et ses expériences, ce qui renforce sa confiance en nous.
  3. Elle aide à résoudre les conflits :
    • L’écoute active permet de résoudre les désaccords et les malentendus.
    • En écoutant sincèrement le point de vue des autres, nous pouvons trouver des solutions plus efficaces et éviter les conflits inutiles.
  4. Elle augmente l’empathie et la compassion :
    • L’écoute active nous permet de nous mettre à la place de l’autre personne.
    • Nous comprenons mieux ses émotions et ses besoins, ce qui nous permet d’être plus empathiques et compatissants.
  5. Elle assure une communication efficace :
    • Lorsque nous écoutons activement, nous posons des questions, clarifions les informations et évitons les malentendus.
    • Cela conduit à une communication plus fluide et plus précise, qui laisse moins de place à l’incompréhension ou aux malentendus.
  6. Elle aide au renforcement des relations :
    • Les personnes qui écoutent activement sont perçues comme des amis attentionnés, des partenaires de confiance et des collègues fiables.
    • L’écoute active crée des liens plus forts et plus authentiques entre les individus.

En somme, l’écoute active est un outil puissant pour améliorer nos relations avec les autres, favoriser la compréhension et cultiver des connexions positives.

Les filtres de la communication

Tout ça parait super, efficace, et presque facile. Ce ne serait pas tout à fait drôle s’il n’y avait l’un ou l’autre point d’attention. Une des choses importantes qui va impacter la communication, ce sont nos filtres et ceux des autres. Ces filtres de la communication sont des mécanismes qui influencent la manière dont nous recevons, interprétons et transmettons des informations lors de nos interactions avec les autres. Et bien sûr, en plus de nos filtres à nous, ceux de toutes les personnes impliquées entre en jeu… Ce qui peut devenir intéressant si nous commençons à en prendre compte.

Voici quelques-uns des filtres de la communication les plus courants :

  1. Les filtres culturels :
    • Ce sont nos croyances, nos valeurs et nos normes culturelles qui affectent notre compréhension du monde.
    • Par exemple, la culture a une part importante dans comment nous interprèterons un geste ou une expression faciale : regarder quelqu’un dans les yeux, c’est un signe de confiance dans certaines cultures et un défi intolérable dans d’autres.
  2. Les filtres linguistiques :
    • La langue que nous utilisons influence notre perception et notre communication, la façon dont nous exprimons les choses, dont nous les comprenons.
    • Les mots ont des connotations différentes dans différentes langues (et parfois même dans une même communauté linguistiques, en fonction de la sensibilité des personnes et de leur histoire), ce qui peut entraîner des malentendus.
  3. Les filtres émotionnels :
    • Nos émotions actuelles peuvent influencer notre interprétation des messages.
    • Si nous sommes en colère, tristes ou heureux, cela va affecter la façon dont nous comprendrons ce que les autres disent.
  4. Les filtres cognitifs :
    • Nos expériences passées, nos connaissances et nos croyances influencent notre compréhension.
    • Il peut arriver que nous entendions ce que nous nous attendons à entendre, plutôt que ce qui est réellement dit.
  5. Les filtres sociaux :
    • Notre relation avec la personne qui parle peut influencer notre écoute, ainsi que des préjugés, conscients ou non, que nous avons par rapport à certaines personnes ou certains groupes.
    • Par exemple, nous pouvons être plus attentifs aux paroles d’un ami proche qu’à celles d’un étranger.
  6. Les filtres physiologiques :
    • Notre état physique, comme la fatigue, la faim ou la douleur, peut affecter notre capacité à écouter correctement, notre concentration du moment.
  7. Les filtres de perception :
    • Nous avons tendance à remarquer davantage les informations qui confirment nos croyances existantes (c’est ce qu’on appelle le biais de confirmation).
    • Cela peut nous empêcher d’être ouverts à de nouvelles idées, d’entendre des arguments trop différents de ce dont nous avons l’habitude.

En comprenant ces filtres, en en tenant compte et en étant conscients de leur impact, nous pouvons améliorer notre écoute et notre communication avec les autres en éliminant certains parasites dans notre façon de communiquer. Et surtout, en nous montrant curieux et en posant des questions ouvertes pour être sûrs de bien comprendre et interpréter ce que l’on nous dit.

Pour aller plus loin :

Si vous souhaitez approfondir vos compétences en écoute active, voici quelques livres qui pourraient vous intéresser :

  1. “Écoute Active: Comment vraiment entendre les gens, apprendre des techniques de communication efficaces, améliorer tes relations et tes aptitudes à la conversation”par Lilly De Sisto.
    • Ce livre explore en détail les différents aspects de l’écoute active, notamment les types d’écoute, les caractéristiques nécessaires à une écoute empathique et comment améliorer ces compétences. Il aborde également l’écoute dans divers contextes tels que les relations professionnelles, familiales et amoureuses.
  2. “L’écoute active: Améliorez vos compétences en matière de conversation, apprenez des techniques de communication efficaces et entretenez des relations fructueuses grâce à six conseils essentiels”par Joseph Sorensen :
    • Ce livre propose des conseils pratiques pour développer vos compétences en matière d’écoute active. Il met l’accent sur l’importance de l’écoute dans les relations interpersonnelles et offre des stratégies pour améliorer votre communication.
  3. “L’écoute active” (ebook) par Joseph Sorensen :
    • Cet ebook se concentre sur six conseils essentiels pour améliorer vos compétences en matière de conversation et d’écoute. Il offre des outils pratiques pour entretenir des relations fructueuses.

Il existe bien sûr une quantité de livres ou de formations sur le sujet. A vous de trouver ce qui vous convient le mieux.

En conclusion :

Nous l’avons vu, savoir écouter, prendre le temps nécessaire pour s’assurer d’avoir compris, être conscient de son/ses interlocuteur(s), … sont une des bases fondamentales de la communication. Mettre en pratique une écoute active, tout en étant attentif aux filtres éventuels dans la communication, va nous permettre de booster notre présence à ceux qui nous entourent dans tous les domaines de notre vie.

Anne Duqué
Après une carrière de plus de 20 ans dans les ressources humaines et le management, j’ai entrepris une reconversion professionnelle pour faire ce qui me tient à cœur: aider tout un chacun à trouver sa voie. Passionnée de développement personnel, j’allie le coaching à une série d’outils qui permet d’avancer lorsque les mots manquent, permettant au corps de prendre le relais et de réunifier corps et esprit.
mailinglist-min

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE BULLETIN D’INFORMATION AYS

Restez informé de nos avancées, des dates de nos webinaires d’introduction et du lancement de notre plateforme en 2022 !

ays-new-logo-bandw-600px-V3

Rue du cerisier 125
1490 Court-Saint-Etienne
Belgique
BCE: 0784.203.032

Share This